De retour de Shanghai: réflexions sur l'innovation en Chine

Je ne suis en aucun cas un spécialiste de la Chine et mon expérience de l'Asie est même très limitée. Mais je suis récemment allé à Shanghai et à Hong Kong et ce que j'y ai vu m'a poussé à m'intéresser plus sérieusement  à ce qui se passe là bas. Malgré l'évidente barrière de la langue, les différences culturelles, je vous conseille d'en faire autant. 
En effet si l'innovation vous intéresse la Chine est incontournable aussi bien parce qu'elle est maintenant la source d'un grand nombre d'innovation, mais aussi parce qu'elle propose une perspective différente et intéressante sur les questions soulevées par l'innovation.

La Chine comme source d'innovation
Ces derniers mois, mes enfants ont acheté de nouveaux téléphones. A cette occasion je me suis rendu compte que les marques "désirables" pour les ados n'étaient ni Apple, ni Samsung ou HTC, mais  plutôt One Plus, Meizu, Xiaomi , ou  Honor... Toutes chinoises, elles proposent des téléphones aux designs impecables aussi bien pour l'appareil que pour son OS. Leur rapport qualité prix est imbattable.
Les drones, les monowheels et autres hoverboards font l'objet d'une offre performante, rapidement renouvellée et très concurrentielle.

Comme l'explique longuement Wired dans la vidéo ci dessous, Shenzhen est devenu un pôle unique au monde pour l'innovation et le hardware. Il propose un modèle original qui challenge nos convictions sur l'importance de la propriété intellectuelle et sur la force de l'open source.


Mais l'innovation en Chine ne se limite ni au Hardware, ni à Shenzhen. Derrière le "great firewall of China", Baidu, Ali Baba et Tencent : les BAT mènent une course à l'innovation qui n'a rien à envier à celle que suscitent les GAFA à l'ouest.
Tencent propose essentiellement une application WeChat, sorte de réseau social qui intègre des fonctions de paiement et tout un écosystème marchand très utilisé en Chine. Elle propose aussi des services de mobilité dont le plus connu est Didi. Elle vient d'entrer (septembre 2016) dans les 10 premières capitalisations mondiales. Evidemment, cela est difficile à comprendre pour nous. La version "occidentale" de WeChat se limite principalement et pour le moment à une sorte de Messenger mais des démonstrations des fonctions plus avancées sont accessibles en anglais sur Youtube et montrent bien l'avance de WeChat sur FaceBook. A titre d'exemple voici un petit tour dans le futur : 

Autre exemple proche des thèmes de ce blog, Baidu, qui comme Google propose, notamment, un service de cartographie, offre une fonction permettant de se faire une idée de la densité de la foule :

La Chine : des perspectives différentes sur l'innovation 
Le contexte chinois, très différent du nôtre, offre néanmoins de nombreux points communs qui peuvent être des sources d'inspiration. 
Par exemple, les BAT semblent, comme les GAFA, intéressés par les véhicules autonomes et par la mobilité en général.
La startup Mobike déploie, depuis mai 2016, 10 000 vélos en libre service sans station à Shanghai et souhaite s'étendre dans d'autres métropoles chinoises.
LeEco, sorte de "chaîne Youtube" à la chinoise, veut devenir un constructeur d'automobiles électriques...
A Shanghai comme à Paris, le développement des VTC pose de nombreux problèmes aux taxis traditionnels comme aux gestionnaires d'infrastructure : gares et aéroports... Là bas aussi le régulateur doit intervenir...
Au delà de la mobilité, l'internet chinois est aussi un moteur d'évolution politique et sociétal... Et de nouveau, la mise en perspective proposée est passionnante ,comme en témoigne CublicOpinion un blog écrit en anglais par un chinois de Shanghai.Il évoque les débats d'opinion publique en Chine. Environnement, équilibre entre libertés et sécurité, place des femmes, nationalisme, fossés numériques et sociaux.... ces thèmes qui animent le débat politique en France sont aussi ceux qui passionnent l'internet chinois.

Voici quelques ressources pour suivre, en anglais ou en français, ce qui se passe en Chine, mais n'hésitez pas à utiliser les commentaires pour en suggérer d'autres :

  • Technode est un blog affilié à Techcrunch qui suit l'actualité des start up chinoises,
  • China Start Up Pulse est le podcast du précédent,
  • Chublic Opinion : quelques sujets de sociétés et d'actualité en Chine, vus par un chinois qui écrit en anglais. Dans le même genre mais dans un genre plus proche des tabloids que des sujets de société : ministry of tofu
  • China file : est un vaste ensemble d'article sur la Chine avec notamment le podcast Sinica produit par Kaiser Kuo ex star du rock chinois, ex directeur de la communication internationale de Baidu....
  • Fredinchina l'émission sur BFM de Frédéric Raillard, fondateur de l'agence Fred&Farid installé par choix à Shanghai depuis quelques années. 
  • A compléter !

Gares, stations de métro et arrêts de tramways et de bus en Ile de France

Le STIF vient d'ouvrir un portail open data et y a déposé des données "inédites" qui complètent les données précédement ouvertes notamment par la Région, la ville de Paris, la RATP et SNCF Transilien.

On y trouve notamment les données d'offres : arrêts, lignes, horaires, pour l'ensemble des transports publics en Ile de France, bref tout ce qu'il faut pour faire des calculs d'itinéraires ou des analyses de l'offre. 

On y trouve aussi, et c'est inédit, des données sur la fréquentation des différents arrêts (pour les gares et les stations de métro) et des lignes (pour le réseaux de surface, c'est à dire les bus). A ma connaissance, c'est la première fois que de telles données sont ouvertes, Je suis intéressé des "réutilisations" de ces données, si vous avez des idées n'hésitez pas à m'en faire part dans les commentaires de ce post.

Pour ma part, j'ai construit une carte des arrêts, des gares et des stations que je vous présente ci-dessous. Elle est très basique, et n'a vise pas la précision puisque j'ai utilisé les coordonnées géographiques dans un simple repère orthogonal. Son intérêt principal est de réveler les variations de la densité d'arrêt sur le territoire.

Le arrêts de bus sont en bleu, la gares ferroviaires en rouge, les stations de métro en vert et les arrêts de tramway en noir.
Carte des arrêts de bus et de tramway, des gares ferroviaires et des stations de métro en Ile de France.
 En voici une version zoomée :
Zoom sur la carte des arrêts de bus et de tramway, des gares ferroviaires et des stations de métro en Ile de France.
Pour construire cette carte, j'ai utilisé un notebook iPython que j'ai publié sur GitHub.

Google (aussi) vous suggère d'éviter les heures de pointe

Un simple article sur Google+  nous informe d'une nouvelle fonction proposée par la recherche Google lorsqu'on recherche un commerce : la possibilité de visualiser l'affluence du commerce heure par heure et jour par jour, comme indiqué dans l'exemple ci dessous. 

Pour le moment, cela n'a pas l'air de fonctionner sur mon smartphone en France, mais l'article est bien publié par Google et il est un peu tard pour un poisson d'avril.


Techcrunch développe un peu dans cet article et on y apprends que ces données sont basées sur une analyse des traces de l'application Google Maps. Ces traces sont déjà utilisées pour l'information trafic, du trafic routier à l'affluence des lieux de vente, il n'y aurait qu'un pas. Google semble réserver ce service à certains types de commerces pour lesquels l'affluence est  un critère utile pour les clients.

On peut évidemment penser que les gares et les points d'arrêts pourraient bientôt bénéficier du même service et qu'un jour, peut être, Google permettra aux voyageurs d'éviter les pointes...

A propos, si l'affluence dans les gares d'Ile de France vous intéresse, SNCF Transilien vient de publier ces données de comptages par gares, par type de jour (Samedi, Dimanche et jour de semaine) et par tranche horaire les données sont ici et l'article là. 

Comme d'habitude, vos commentaires, sur Google ou sur les données libérées par SNCF Transilien m'intéressent.